Trembler te va si bien – Risa WATAYA

51t340mpanl-_sx195_

« Etô Yoshika, vingt-six ans. Nationalité japonaise, groupe sanguin B, employée à K.K. Mareuil, facilement acnéique. Copain zéro, économies zéro. Loyer mensuel 75 000 yens. Ce que je déteste : les glandeurs. Ce que j’aime : le ragoût de bœuf. Ma passion du moment : chercher sur Wikipédia les espèces animales éteintes. »
Voici comment commence le troisième roman de Risa Wataya, une romancière japonaise née à Kyôto. Ce fût la première jeune romancière remportant le prix Bungei en 2001. Elle n’avait alors que 17 ans.
Yoshika Etô est célibataire mais elle a deux amoureux. Du moins, elle est restée follement amoureuse d’Ichi, la star du lycée qu’elle n’a pas revue depuis des années. Malheureusement Ichi ne s’est jamais intéressé à elle. Ce n’est pas le cas de Ni, un collègue du bureau lui ayant officiellement demandé si elle souhaitait devenir sa petite amie. Entre les deux son cœur balance. Quoi que… Elle ne ressent rien pour Ni mais au moins il lui offrira une certaine sécurité affective. Seulement, lorsqu’Ichi réapparaît à une réunion d’anciens élèves, Yoshika se dit qu’elle va peut-être enfin avoir sa chance avec celui auquel elle n’a jamais cessé de penser depuis la fin de son adolescence…
Yoshika est présentée comme une jeune femme un peu paumée, pleine d’humour et d’autodérision qui se demande elle-même si elle n’est pas une espèce en voie d’extinction. Une jeune femme attachante mais quelque peu dérangée par son manque de confiance en elle et son éternel doute sur ses futures relations amoureuses. On imagine que ce portrait de femme est typique d’un grand nombre de jeunes japonaises actives d’aujourd’hui résistant à la pression de la société.
Doit-elle se préserver pour un amour à sens unique, ou accepter l’homme qui dit l’aimer sans qu’elle ne comprenne bien pourquoi ?
Ce livre est souvent décrit comme étant la version japonaise du livre d’Amélie Nothomb Stupeur et tremblement grâce à l’exposition du monde du travail japonais et à la rigueur de celui-ci.

Un livre à lire sans modération, qui nous fera voyager au fin fond de nous-même tinté par quelques notes japonaises.

Trembler te va si bien de Risa Wataya, traduit du japonais par Patrick Honnoré. Picquier Poche (2015). 144 pages. 6.50€.

Malicia, petite perruche des îles bretonnes.

dav

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s