Journaux intimes et adolescence.

On vous l’a tous dit : dans la vrai vie nous sommes libraires et nous avons tous reçu une formation afin de pratiquer ce métier ô combien enrichissant et passionnant. Un travail que nous avons tous eu à faire durant cette formation, c’est le travail bibliographique : l’art de pondre une liste de livres autour d’un thème. Ce que vous ne savez peut être pas, c’est que vous pouvez demander ce travail à certains de vos libraires de quartier. Que se soit sous la forme d’une recherche informatique sur le moment – Évitez tout de même de débarquer le dernier samedi avant Noël, à 16h30, pour la santé de votre dévoué serviteur – ou d’une liste qu’il vous fournira à votre prochain passage.  

C’est un travail que nous menons à bien aussi personnellement, lorsque nous organisons une table autour d’un thème ou une vitrine spécialisée. La plupart du temps, nous ne nous embêtons pas à en faire une belle liste avec toutes les informations données dans une véritable bibliographie. Mais finalement pourquoi pas ?

Rassurez vous, j’en viens au fait 🙂

Voilà deux mois que La Ménagerie du Livre est lancée. A cette occasion, nous voulons ouvrir une nouvelle rubrique qui nous l’espérons vous plaira. Alors que vous soyez libraire en formation en galère sur votre bibliographie de la semaine, libraire en manque d’inspiration ou lecteur avide de titres, nous vous proposerons de temps à autre une bibliographie.

Nous vous présenterons des bibliographies assez simples avec juste les informations nécessaires afin que vous puissiez retrouver ou commander vos ouvrages avec l’aide de votre libraire.

Je débute donc cette nouvelle catégorie.

Journaux intimes et adolescence.

15126036_10210892823381087_1136708698_o

L’adolescence difficile, l’adolescence dorée. Des années 70 à aujourd’hui. De Fleetwood Mac à Rihanna. La fiction ou le témoignage. La liberté et l’addiction. Du Kentucky au Pays de Galles. La folie et l’évasion. La gravité et l’humour. Autant de facette d’une même période de la vie. Celle où l’on se rend compte que les rencontres, les choix, les goûts de chacun sont en constante évolution. L’adolescence n’est pas un état, c’est en fait le bout d’un chemin, plus ou moins long, que l’on traverse parfois avec difficulté. Pour finalement s’apercevoir qu’il n’y a rien de l’autre côté, sinon un autre chemin. Voici une liste de dix titres parlant de l’adolescence dans lesquels l’auteur a fait le choix de s’exprimer au travers d’un journal intime.

L’Herbe Bleue, Anonyme, Pocket, 2012, 5,40€, 9782266223140.

Le Monde de Charlie, de Stephen Chbosky, Sarbacane, 2012, 13,50€, 9782848655796.

Love Letters To The Dead, de Ava Dellaira, Michel Lafont Poche, 2015, 7€, 9791022401487.

My Mad Fat Diary, Rae Earl, Hodder Paperbacks, 2003, 7,95€. (uniquement en anglais)

Cher Inconnu, de Berlie Doherty, Gallimard jeunesse, 2010, 6,10€, 9782070696079.

Tout près le bout du Monde, de Maud Lethielleux, Flammarion, 2010, 10,50€, 9782081248502.

Deux Filles+Trois Garçons-Les Parents […], de Sarah Mlynowski, Livre de Poche Jeunesse, 2015, 6,90€, 9782011672490.

Le Journal Intime de Georgia Nicolson (10 tomes), de Louise Rennison, Gallimard jeunesse, 2010, 7€, 9782070633029.

Morwenna, de Jo Walton, Folio, 2016, 8€20, 9782070469307.

Journal de Nuit, de Jack Womack, Folio, 2015, 8,20€, 9782070465835.

Chacun de ces ouvrages m’a été conseillée lors de mes recherches sur le sujet. Je me suis attachée à vous parler uniquement de ceux qui prenaient la forme d’un récit réellement écrit par le personnage principal (auteur du livre ou personnage fictif) que ce soit au sein d’un journal intime ou au travers de lettres. J’ai déjà pu en dévorer quelques uns et les autres dorment sagement en pile. Je voue un amour particulier à Morwenna de Jo Walton qui, georgianaprès sa lecture cet été, a été classé dans les dix meilleurs livres que j’ai pu lire. Je garde les détails pour un futur article. Malheureusement je n’ai pas trouvé de traduction en français du fabuleux My Mad Fat Diary de Rae Earl. Si vous n’êtes, comme moi, pas un grand initié de la langue de Shakespeare, vous pouvez tout de même découvrir le monde de Rae Earl au travers de son adaptation en série TV. C’est pour ma part l’un des seuls livres en anglais que j’ai lu – déchiffré ? – de toute ma vie. Cela en valait la peine. Le Journal de Georgia Nicolson est une réminiscence de mes lectures adolescentes quand Claire Bretecher se chargeait des couvertures dans la collection Scripto de Gallimard. Des heures de poilade partagées avec les copines.

Si chacun de ces livres a été écrit à destination d’un jeune public, je ne dirais définitivement pas qu’ils y sont réservés. Qui ne se reconnaîtrait pas dans les tracas de Rae Earl ou ne serait pas ému par la sensibilité du jeune Charlie.

N’hésitez pas à enrichir, ici ou sur notre page facebook, cette bibliographie qui ne demande que vos participations.  

Dorothy Convention

dorothy-convention 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s