Nellie BLY, journaliste américaine de la fin du XIXe

Pour aller avec l’article de lundi, je vais aussi vous écrire quelque chose qui sort des sentiers battus du simple article de chronique littéraire. En achetant son dernier texte paru, j’ai eu envie de vous parler des écrits de Nellie Bly, une journaliste américaine de la fin du XIXe siècle, considérée comme la première « journaliste d’investigation ». Pendant plus d’un siècle, elle fut oubliée en France avant que les éditions du Sous-Sol ne traduisent ses articles en 2015 et 2016.
507931987De son vrai nom Elizabeth Jane Cochrane, Nellie Bly (1864-1922) est une pionnière du reportage en immersion, clandestin. A 16 ans, elle est embauchée par le Pittsburgh Dispatch après avoir envoyé une lettre incendiaire sur leur façon de traiter les femmes dans leurs articles. Son premier reportage sera dans une fabrique de conserves, en 1880, qui alimentera son premier reportage du genre. Son plus gros coup d’éclat sera de battre Phileas Fogg en faisant le tour du monde en moins de 80 jours. A sa mort en 1922, les journaux américains saluèrent « la meilleure journaliste d’Amérique ».
J’ai donc lu les trois ouvrages publiés par les éditions du Sous-Sol qui sont, respectivement, Dix jours dans un asile, Le tour du monde en 72 jours et sorti le mois dernier, 6 mois au Mexique. Découverte par hasard au gré des réceptions de nouveautés l’année dernière au travail, j’ai été passionnée par ses écrits, son style, son humour, tout le paquetage en fait. Bien qu’ils aient plus d’un siècle actuellement, on se rend compte au fil de leurs lectures qu’ils n’ont pas si mal vieillis, ni dans l’écriture, ni dans les thèmes abordés. Nellie Bly est une grande défenseure des femmes et cela se ressent dans ses ouvrages.
2365981321Que ce soit dans un asile, autour du monde ou au Mexique, les femmes ont une place primordiale dans ses descriptions du monde qui l’entoure. Elle a de la compassion pour ses semblables, certaines fois au point de les infantiliser. Que ce soit lors de son séjour à l’asile ou plus particulièrement au Mexique, on peut le voir comme une supériorité qu’elle ressent envers les femmes qu’elle décrit. C’est surtout, à mon sens, une spécificité de l’éducation américaine de la fin du XIXe siècle, difficilement supportable à notre époque mais il ne faut pas se formaliser.
Voir les autres par les yeux de Nellie Bly nous fait aussi réfléchir à notre façon de traiter ceux qui nous semblent différents. Dans le même sens, sa vision des autochtones qu’elle rencontre, que souvent elle traite comme des retardés, chose improbable aujourd’hui, mais tellement naturelle pour son époque. Certaines phrases sur son séjour au Mexique ou lors de son tour du monde m’ont fait bondir, par cette idée sous-jacente de la supériorité du blanc sur les autres.
J’ai commencé par les points qui peuvent fâcher pour pouvoir vous parler de ceux qui doivent vous convaincre de lire Nellie Bly. Son courage par exemple. Une femme, seule, qui à la fin du XIXe siècle, décide de partir faire le tour du monde ayant pour seul bagage un sac à main. Ou qui part au Mexique avec sa mère sans chaperon. Deux ou trois anecdotes qu’elle raconte dans ses livres montrent que tout n’a pas toujours été aisé mais elle l’a fait et, comme le dit le New York World lors de son tour du monde, elle est devenue un exemple pour des milliers de petites filles. Une héroïne sans super pouvoirs mais tout aussi fascinante.
1310811989Elle sait mettre en valeur les gens qu’elle rencontre. Tous les personnages croisés au gré des pages sont souvent hauts en couleurs, drôles ou lui ont raconté une anecdote qu’elle nous livre avec joie. On sent de la passion pour ce qu’elle fait dans ces lignes, qui donnent envie de tourner les pages. Sa rencontre avec Jules Verne lors de son passage à Amiens devient une aventure sans précédent alors qu’ils se sont à peine parlés, ne parlant pas la langue de l’autre.
Une des spécificités de ses ouvrages est qu’ils sont des recueils de ses textes, parus chaque semaine dans les journaux qui l’employaient. Tout n’est pas linéaire, tout n’est pas chronologiquement raconté et des chapitres sont plus axés sur un thème ou deux, des fois sans lien avec le précédent – surtout pour le Mexique. De plus, ils ne sont pas sans faire de vagues. Son article sur l’asile permettra de faire bouger les choses et d’améliorer les conditions de vie des internées tandis que pendant son tour du monde, le New York World publiait régulièrement un concours pour tenter de deviner le temps exact qu’elle mettrait à le boucler.
C’est quelqu’un de très drôle, qui a beaucoup d’humour et qui adore décrire les choses qu’elle voit, traverse. Ses descriptions de paysages sont superbes, avec un luxe de détails, mieux qu’une brochure d’agence de voyage. J’ai souvent ri en lisant les anecdotes contées, pas toujours parce qu’elles étaient drôles en soit mais parce que les croyances de l’époque étaient décalées face à notre société actuelle. On apprend aussi beaucoup de choses, Nellie Bly étant curieuse de tout et semble considérer que ses lecteurs aussi.

J’ai peu parlé des ouvrages en eux-même, c’est vrai mais je peux vous dire que ce sont des textes forts, qu’on oublie pas facilement (j’ai lu celui sur l’asile il y a plus d’un an, des flashs me reviennent encore) et qui vous entraînent. C’est aussi de beaux ouvrages qu’ont publié les éditions du Sous-Sol qui feront vachement joli dans votre bibliothèque.
Lisez Nellie Bly, faites découvrir Nellie Bly à vos amis/voisins/chiens/cactus.

Et bonus, l’article des Culottées de Pénélope Bagieu sur Nellie.

10 jours dans un asile de Nellie Bly, Editions du Sous-Sol (2015). 128 pages. 14€.
Le tour du monde en 72 jours de Nellie Bly, Editions du Sous-Sol (2015). 176 pages. 16€.
6 mois au Mexique de Nellie Bly, Editions du Sous-Sol (2016). 242 pages. 17€.

Géraldine, chouette libraire parisienne.

wfghjk

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s