Love letters to the dead d’Ava Dellaira

love-letters-to-the-dead-464035-264-432

Tout commence lorsque Laurel, nouvelle élève dans un lycée, entre en cours d’anglais. Son professeur demande à la classe de faire un devoir maison qui consiste à écrire une lettre à une personne disparue. Laurel décide d’écrire sa lettre à Kurt Cobain, célèbre chanteur du groupe Nirvana. Pourquoi ce choix ? Car sa sœur May adorait ce groupe et qu’il est mort jeune tout comme elle. Laurel ne rendra jamais son devoir mais continuera d’écrire à des personnes défuntes comme Amy Whinehouse, Janis Joplin ou encore Judy Elisabeth… Laurel rassemble toutes ses lettres dans un cahier où elle raconte sa vie de jeune adolescente pas très sûre d’elle, rongée par les remords où May tient une place très importante. Ces drôles de confidents tiennent une place primordiale dans sa nouvelle vie. Elle leur raconte son nouveau lycée, sa nouvelle vie, ses nouvelles copines, son nouvel amour mais aussi la difficulté qu’elle a à surmonter la perte et le manque de sa sœur aînée qu’elle aimait plus que tout.

Anna Dellaira est diplômée à l’Université de Chicago et titulaire d’un MFA de l’Iowa Writers’ Workshop. Productrice associée du film événement Le Monde de Charlie (The Perks of Being a Wallflower, 2012), elle est également poétesse et écrivain. Love letters to the dead (2014) est son premier roman.

Ce livre est très touchant et nous fait nous poser la question de comment gérer la perte d’un être cher ? Le genre épistolaire de cet ouvrage rend la lecture de celui-ci très fluide et remplace le système de chapitres d’un livre lambda. Le fait que Laurel adresse ses lettres à des personnes disparues nous permet d’en connaître un peu plus sur la vie de ces derniers. En ce qui me concerne, le destin tragique d’Amélia Earhart, aviatrice américaine, disparue tragiquement et dont on a jamais retrouvé le corps, m’a particulièrement touchée.

La mort est très présente dans ce roman pour adolescents, ce qui peut en freiner plus d’un(e) mais se plonger dans ce roman vaut le détour. Un des rares livres pour jeunes adultes qui, pour moi, pousse autant la personnalité des protagonistes. Mélanger tout ça avec un peu d’histoire sur les différents destins tragiques des destinataires de ses lettres, ce roman vous fera pleurer, rire mais aussi réfléchir.

Love letters to the dead d‘Ava Dellaira, Michel Lafon poche (2015), 361 pages, 7€.

Malicia, petite perruche des îles bretonnes.

dav

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s