Du sexisme dans le sport – Béatrice Barbusse

Une fois n’est pas coutume, me revoilà avec un essai, cette fois sur le sexisme dans le sport. L’autrice, Béatrice Barbusse, est une ancienne joueuse de handball de haut niveau et la première femme à diriger un club masculin professionnel, l’US Ivry Handball. Maître de conférence à Paris-Est Créteil, elle s’intéresse à l’aspect sociologique du processus de professionnalisation du sport et ses conséquences sur les groupes et les individus. Publié fin 2016 chez Anamosa, Du sexisme dans le sport est le résultat de 10 ans d’observation en tant que sportive et chercheuse.

couv69136956

Elle commence en expliquant la dangerosité du sexisme, celui qui est intériorisé par tout à chacun et celui, plus violent, qui fait moins d’apparitions mais qui sont souvent plus violentes. C’est le commentaires déplacé de P. Candeloro lors des Jeux de Sotchi en parlant d’une patineuse canadienne : « Moi je connais plus d’un anaconda qui aimerait venir l’embêter un petit peu cette jeune Cléopâtre. » ou la main aux fesses de l’arbitre Charlotte Girard par un joueur lors d’un match de hockey sur glace. Les deux sont des événements intolérables à notre époque mais sont souvent impunis sans la montée au créneau de la victime. Elle montre, raconte, comment des associations, des individus seuls aussi, tentent avec leurs moyens de changer les choses. Comment lorsque les gens décident de dire « non », certains comportements sont modifiés ou punis.

Une autre conséquence à laquelle l’autrice s’intéresse est celle de la modification des comportements individuels pour résister à cet univers violent. Piochant dans les autobiographies de différents sportifs masculins et féminins, elle tente de comprendre comment ces injonctions souvent invisibles touchent les sportif de haut niveau. Les injonctions à être un homme pour les sportifs, comme le raconte Raphaël Poulain, ancien rugbyman qui explique qu’ « un homme ne doit pas montrer ses sentiments » ou Lucie Décosse qui raconte qu’il faut rester féminine, même pleine de transpiration. Sans prendre parti, ce qui est formidable, l’autrice montre que le sexisme touche en fait les deux sexes, de façon différentes certes, et à des degrés divers, mais qu’il est un problème pas seulement pour les femmes.

affiche-open-lfb-2013-basket-femininFéminine, il le faut quelque soit tes résultats. Prenons deux exemples bien distincts : d’un côté, Silvana Lima, surfeuse brésilienne qui avoue qu’en 12 ans de carrière, elle n’a jamais décroché de contrat publicitaire parce qu’elle n’a pas le physique pour. De l’autre, Anna Kournikova, qui n’a jamais rien gagné en individuel en tennis, enchaîne les sponsors grâce à son physique. Sans jamais critiquer les choix des femmes, Béatrice Barbusse essaye d’expliquer l’impact du sexisme sur les individus au cas par cas. Dans le même sens, offusquons nous de l’hyper-sexualisation des femmes et des tournois féminins pour « appâter » le chaland comme cette affiche de l’Open de Basket féminin 2013 qui fit scandale lors de sa parution.

Elle démontre aussi, chiffres à l’appui, la sous-représentation des femmes dans les instances dirigeantes, tous sports confondus. Que ce soit dans les présidences de club, l’arbitrage ou le staff d’entraînement, les femmes y sont aussi peu nombreuses qu’à l’Assemblée nationale. On « découvre » que pour être acceptées à leur place, les sportives doivent être deux fois plus compétentes que leurs homologues masculins. J’aime beaucoup ce qu’elle dit, que les choses auront changés dans les mentalités lorsque pour un poste, on désignera une femme incompétente juste parce qu’elle est une femme, comme on désigne régulièrement des hommes incompétents juste pour leur sexe.

Ces petits pavés – et il y a encore d’autres sujets abordés par l’auteur dont je ne vous ai pas parlé ! – pour vous parler de cet ouvrage que j’ai trouvé hyper intéressant, où j’ai appris pleins de choses et qui vous en apprendra aussi si vous mettez le nez dedans. Très bien documenté, citant toujours ses sources et ayant ajouté un bibliographie exhaustive de son sujet à la fin, c’est un essai qui du haut de ses 245 pages dresse un bilan complet de la place des femmes dans le sport actuellement et qui donne à voir quelles évolutions sont possibles dans les prochaines années.

Du sexisme dans le sport de Béatrice Barbusse, Anamosa éditions (2016), 245 pages. 17,90€.

Géraldine, chouette libraire parisienne.

wfghjk

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s