Amour, vengeances & tentes Quechua de Estelle Billon-Spagnol

Nous sommes le deuxième samedi de juillet et comme chaque année Tara et sa famille partent deux semaines au camping Chez Momo’s. A 16 ans, la jeune fille est impatiente de retrouver ce lieu rempli de souvenirs heureux et insouciants… Mais plus que tout, c’est son Adam qu’elle a hâte de revoir ! Amis de vacances depuis toujours, ils deviennent inséparables deux semaines par an.

Mais cette année, tout ne va pas se passer comme prévu… Tara et Adam ne sont plus des enfants, mais des adolescents aux hormones en ébullition, aux corps changeants et à la pudeur touchante. Ils n’auront pas le temps d’explorer leurs nouvelles envies qu’Eva, alias la Frite, superbe belge aux allures de mannequin, va mettre son grain de sel !

Cet été, il va y avoir du remue-ménage au camping Momo’s !

Amour-vengeance-et-tentes-Quechua

Résumé ainsi, on peut se dire que ce roman réunit de nombreux clichés des histoires pour adolescents…. Que nenni ! Derrière cette histoire de triangle amoureux, se cache toute la complexité des premiers amours et chagrins à cet âge si compliqué. Avoir confiance en soi, se sentir désiré, et en même temps la maladresse des premiers rapprochements physiques…  Tout cela nous est décrit avec une finesse qui nous plonge dans nos propres histoires … Qu’importe que nous ayons déjà fait du camping ou non dans notre vie, on a tous un peu de Tara en nous !

De plus, le récit s’attarde également sur les relations entre adultes, en commençant par les parents de Tara. Un père postier sans grande ambition et une mère exigeante qui passe sa frustration sur des relations extra-conjugales. Aucun jugement n’est porté sur leurs défauts, mais plus une empathie et une tristesse sur ce couple qui lutte pour rester ensemble, sans savoir réellement pourquoi ils persistent. Ou encore Jacky, l’oncle d’Adam, cinquantenaire fraîchement célibataire  qui se demande ce qu’il peut ou veut encore faire de sa vie…

Tous les personnages sont subtilement décrits, on ressent un passif derrière toutes ces histoires. Au final assez peu de stéréotypes (hormis peut-être la Frite) et beaucoup de clichés démontés. On s’attache plus vite que l’on ne pense à toutes ces personnalités, et l’on se soucie de leur devenir au point de ne plus lâcher le livre !

Un parfait roman d’été, un parfait roman d’adolescent, un parfait roman sur la vie qui n’est pas toujours un long fleuve tranquille.

Amour, vengeance et tentes Quechua d’Estelle Billon-Spagnol, Sarbacane (2017), 251 pages, 15.50€

Tatiana, petit chat libraire

14256625_10209391661685091_713500791_n

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s