La guerre de face – Martha Gellhorn

Après avoir parlé d’histoire romancée avec Ruta Sepetys la semaine dernière, je vais vous parler cette semaine d’Histoire avec un grand H. Martha Gellhorn, la troisième madame Hemingway, est surtout connue pour avoir été l’une des plus grandes reporters de guerre du XXe siècle. Née en 1908, sa carrière démarre en 1937, sur le front républicain pendant la guerre civile espagnole. C’est aussi là que débute l’ouvrage dont je vais vous parler.

9782262067816

Traduit pour la première fois en français en 2015, le recueil des reportages de guerre de Martha Gellhorn est ce qui se rapproche le plus d’une autobiographie pour cette femme d’exception. Publiée au fil des ans dans le New York Times, l’auteure nous plonge au cœur même des événements. Elle nous montre la guerre sale, la mort, la destruction, le pire de l’humanité sans chichis, sans filtre. Que ce soit les bombardements sur Madrid, la réalité de la Guerre des Six Jours ou la guerre en Finlande, Martha Gellhorn est allée partout.

Avec elle, on assiste à tous les grands conflits du XXe, de la guerre d’Espagne aux guerres civiles en Amérique du Sud dans les années 1970. Ayant un très gros intérêt pour la guerre sous toutes ses formes, j’ai été emballée par cet ouvrage. J’y ai découvert des conflits qui m’étaient inconnus, ou redécouvert des sujets qui me passionnent. Son reportage à Dachau, quelques jours après l’ouverture du camp en 1945 reste une de mes lectures les plus intenses du recueil.

Martha Gellhorn ne met aucun filtre sur ses émotions. On les prend en pleine face, brutalement, que ce soit de bons moments ou des horreurs qui lui passent devant les yeux. C’est intéressant de lire cette femme, de lire ses réflexions sur ce qu’elle voit et de se rendre compte que certaines d’entre elles se sont réalisées. De plus, malgré sa nationalité américaine, elle se refuse de mettre des œillères sur les agissements de son gouvernement. De nombreux reportages sont comme des piques acerbes lancées aux présidents en exercice, des critiques envers cette manie américaine de mettre son nez partout. En particuliers sur les reportages des années 70 en Amérique du Sud.

 

A travers la plume d’une grande reporter de guerre, on découvre la guerre de face, d’une manière différente d’un livre d’histoire conventionnel.

La guerre de face de Martha Gellhorn, Tempus (2017), 486 pages, 11€.

wfghjk

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s