La tresse – Laetitia Colombani

Nous suivons le destin de trois femmes, sur trois continents différents : l’Asie, l’Europe et l’Amérique du Nord. Leur destin est lié et s’entrecroise sans jamais se rencontrer.

En Inde, Smita est une intouchable, ou « dalit » qui signifie opprimé. Ils sont considérés par le système des castes comme en dehors de celle-ci et donc affectés aux métiers jugés impurs. Smita, rêve d’une autre vie pour sa fille. Elle rêve de la voir échapper aux traditions et de la voir aller à l’école pour apprendre à lire.

En Italie, Giulia est ouvrière à Palerme. Quand son père a un accident qui le laisse dans le coma, elle découvre que l’entreprise familiale croule sous les dettes. A moins de trouver une solution, elle sera obligée de fermer l’entreprise et de licencier les ouvrières. C’est à cette période qu’elle rencontre Kamal, qui va lui apporter une solution.

Au Canada, Sarah est quarantenaire, une avocate reconnue, brillante, associée dans un grand cabinet et a trois beaux enfants. Elle est la réussite incarnée mais son ambition la fait paraître inhumaine : sa carrière empiète sur sa vie de famille, étant sous pression constante pour garde sa place d’associée. Mais sa vision du monde change lorsqu’elle apprend qu’elle est atteinte d’un cancer du sein.

9782246813880,0-4140499.jpg

Ce livre m’a été conseillé par Grenouillire et quel livre. Merci Grenouillire pour ce super conseil  =)

Laetitia Colombani est une réalisatrice, actrice, scénariste et écrivaine française.
La tresse est son premier roman.

Magnifique premier roman, j’ai adoré découvrir l’histoire de ces trois femmes.
Trois  femmes fortes, vaillantes, courageuse ; trois histoires touchantes, émouvantes voire révoltantes.
Laetitia Colombani met en lumière des sujets graves comme la situation des femmes en Inde et plus particulièrement les « intouchables », être une femme en Inde c’est compliqué mais être une femme « intouchable » c’est bien pire. Elle nous montre aussi à quel point il est tabou d’avoir un cancer : les portes qui se ferment, le regard des autres…
Giulia doit elle aussi se battre contre les traditions qui sont encore bien ancrées en Sicile.

Ce roman est très bien construit, il peut se lire de deux manière : classique avec des chapitres alternent les trois récits à la façon de trois brins de cheveux entrelacés pour faire une tresse ou alors on peut choisir de lire le parcours de chaque femme.

Petit plus, entre les chapitres se trouve un poème qui semble avoir été écrit par l’une des ouvrières de Giulia.

Ce roman a reçu le Prix Relay 2017.

Partez à la découverte de ces destins croisés

La tresse de Laetitia Colombani, Grasset (2017), 221 pages. 18€.

Raccoon Pam-Pam, la libraire masquée.

14439015_788473047922961_175125701_o

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s