La Ménagerie fête ses deux ans de lecture !

Il est toujours difficile de demander à un amoureux des livres de choisir « juste » quelques titres. C’est pourtant le jeu auquel nous avons décidé de nous prêter pour fêter nos deux ans de blog ! Oui oui cela passe vite!

Choisissez deux livres qui vous ont marquée lors de ces deux années.
Vous avez des idées ? N’hésitez pas à nous en parler !

Nous, on vous ouvre nos petits cœurs d’animaux sensibles pour vous présenter nos coups de cœur qui nous ont fait vibrer durant ces 24 derniers mois.

Deux livres pour les deux ans de lecture de Grenouillire :

Mascotte Grenouillire modif2

La-tristee-de-l-elephant.jpg

La tristesse de l’éléphant, une première bande dessinée, très émouvante sur la différence et l’Amour. L’histoire, pourtant simple, m’a marquée parce que chacun d’entre nous pourrait se retrouver ici. Louis un jeune orphelin un peu rondouillard, a du mal à trouver sa place. Jusqu’à sa rencontre au cirque avec Clara et ses éléphants. C’est un livre tout doux qui met du baume au cœur et donne de l’espoir à quiconque ouvre ses pages. C’est que du bonheur ! 

La tristesse de l’éléphant, Nicolas Antona et Nina Jacqmin, Les enfants rouge, 2016, 17€

La-vingt-cinquieme-heure.jpg

La vingt-cinquième heure, considéré comme un classique, m’a rendue toute petite pendant sa lecture. Tout commence en 1939, lorsqu’un homme, Iohann Moritz, est dénoncé comme étant juif alors qu’il ne l’est pas et est séparé de sa femme. Va s’ensuivre alors un calvaire qui va durer 10 ans. 10 ans de camps, de violence, d’inhumanité. Où l’homme n’en est plus un. Il n’y a pas de mot pour décrire ce roman, ce que j’ai ressenti pendant sa lecteur. Tiré de la véritable histoire de l’auteur.

La vingt-cinquième heure, Virgil Gheorghiu, 1949, (en poche à 7€50)

Deux livres pour les 24 mois de lecture de Dorothy Convention :

dorothy-convention

Deux livres. Deux livres seulement qui à eux seul pourraient être les étendards de ces deux dernières années de lecture. C’est vrai qu’il y a de quoi fouiller les recoins de sa mémoire. Mais peut être pas. Peut être justement que ceux qui m’ont le plus marqués flottent en surface, incapables de se faire oublier. Ce sont ceux là qui font rentrer des auteurs dans le panthéon de chacun. Ils ne sont plus à aller dénicher dans un sombre recoin. Ils sont là quand vous pensez lecture, ils sont là quand vous pensez coup de cœur. Ils se faufilent sur votre langue lorsque l’on vous demande un conseil. Ils sont ceux que vous attendez tout au long de l’année.

kobane-callingLe premier qui me vient à l’esprit est arrivé dans nos vies de libraire en même temps que La Ménagerie Du Livre naissait sur la toile. Il s’agit de l’auteur italien Zerocalcare et son premier ouvrage traduit en France : Kobane Calling. Vous vous en souvenez ? Notre félin libraire vous en avait parlé ici. 

Avec Kobane Calling, je découvrais un pan de la guerre que je ne connaissais pas. Une vue de l’intérieur, des visages et des noms sur des mouvements lointain. J’ai vu un auteur rester lui même face à l’immensité de ce qu’il traversait en tant que témoin, tout remettant en question son ouverture d’esprit. Et puis pour moi Kobane Calling ne se résume pas à sa thématique ! Je trouve ça toujours difficile de critiquer négativement un livre quand l’histoire est tirée d’un vécu. Je le sais pourtant : de bonnes histoires peuvent devenir de mauvais albums. Mais au puissant témoignage d’un auteur se mêlant à une guerre à des kilomètres de chez lui, s’ajoute une extra-ordinaire narration que je n’avais encore jamais trouvée ailleurs. Kobane Calling apporte aux récits de guerres, aux récits de voyages, à la BD docu mais il pose aussi une nouvelle pierre dans le très vaste domaine de la bande dessinée. Dans mon cerveau, il y a clairement un avant et un après Zerocalcare.

Kobane CallingZerocalcare, éditions Cambourakis (2016), 269 pages, 23€

morwennaLe deuxième ouvrage qui m’a beaucoup marqué ces deux dernières années et que j’offre autour de moi, c’est Morwenna de Jo Walton. Il fait parti de ces livres qui ont été, pour mon esprit, d’une douceur ! Morwenna m’a intriguée, elle m’a ensorcelée, m’a émue et prise aux tripes, Morwenna m’a appris. Grâce à Jo Walton, j’ai découvert bon nombre d’auteurs et je n’ai pas encore épuisé son répertoire, ni sa bibliographie. Dans Morwenna elle joue entre le réalisme et le fantastique. Et c’est définitivement le genre de littérature que je préfère. Et la petite héroïne se pose énormément de questions sur des sujets au cœur de notre société avec une ouverture d’esprit qui est pour moi réconfortante. Une sacrée découverte qui m’a fait enchaîner pas mal de lectures ces derniers temps sur des autrices souvent britanniques comme Jessie Burton dont je vous ai parlé récemment. Un monde, je vous dis !

MorwennaJo Walton,  éditions Denoël (2014), 352 pages, 21,50€.
Existe également en poche, collection Folio SF (2016)

Deux livres pour les 104 semaines de lectures de Tatiana le chat libraire : 

14256625_10209391661685091_713500791_n

Deux livres sur mes lectures de ces deux dernières années… c’est très difficile ! D’autant qu’en deux ans beaucoup de choses peuvent se passer. On évolue, on expérimente, on fait de nouveaux choix… et donc des lectures qui nous ont marqués auparavant peuvent ne plus tout à fait correspondre à notre « nous » d’aujourd’hui… Tout ça pour vous dire, que j’ai sélectionné deux lectures qui datent d’il y a seulement quelques mois car ce sont les dernières à m’avoir empoigné le cœur et marqué l’esprit.

41jAp94nzYL._SX195_Mémoire de fille d’Annie Erneaux. J’ai lu ce livre tout début juin de cette année (2018) et alors depuis je « saoule » à peu près tout le monde avec ! C’est l’histoire autobiographique de l’année 58 de l’autrice. Dix ans avant mai 68, Annie quitte pour la première fois, à 17 ans, le foyer familial pour devenir animatrice pendant l’été dans une colonie. Cet été est le dernier avant sa nouvelle vie estudiantine et citadine. Elle qui vient dès milieu ruraux pauvres et pieux, elle a hâte de découvrir cette nouvelle génération de jeune décontractée et libérée. Elle va, au final, surtout se confronter à leur vanité, leur moquerie face à sa naïveté , et à la réalité de la place des femmes dans cette « nouvelle » société. Beau, cruelle, poignant, important, ce livre est un témoignage fort de femme dans un monde d’homme. Un témoignage qui fait un écho saisissant avec notre monde d’aujourd’hui. C’est un livre qui nourrit ma pensée sur mon propre vécu et m’a questionné sur ma propre condition. Bref à lire, que l’on soit homme ou femme (et j’insiste sur homme) !

Mémoire de fille, Annie Erneaux,  éditions Gallimard (2016), 160 pages, 15€.
Existe également en poche, collection Folio (2018) 6,60€

moiEnDoubleMoi en double.Cette bande dessinée scénarisée par Navie et dessinée par Audrey Lainé, ne sortira que le 19 septembre 2018 en librairie et pourtant elle est déjà parmi celle qui m’a le plus bouleversée ces dernières années. L’avantage d’être libraire c’est qu’on connait à l’avance les prochaines sorties et que, parfois même, on a le droit de les lire en avant première ! C’est ce qui est arrivé avec cette BD lu en service de presse fin juin, toujours de cette année. Navie évoque son rapport à son obésité morbide et à son combat pour en sortir. Mais pour moi ce n’est justement pas un livre sur l’obésité en soi mais sur le mal être qui peut se traduire sous différente forme (trouble alimentaire, angoisse etc.). Ce double qu’elle perçoit, celui qui la réconforte tout en la rendant plus malade, elle doit s’en débarrasser, elle doit le tuer. Ce combat qu’elle a mené, elle nous le raconte avec beaucoup de sensibilité et d’honnêteté, sans chercher à se faire plaindre. Le trait d’Audrey Lainé retranscrit parfaitement les émotions de Navie avec beaucoup de finesse. La phrase  » Mais comment fait-on pour se tuer sans mourir ? » m’a tout simplement bouleversée (et me bouleverse encore au moment d’écrire ces lignes). Je pense que chacun aura une perception différente de cette bande dessinée, mais une chose est sure : elle touche au plus profond de nous, dans des endroits que l’on pensait bien enfouis…

Moi en double, Navie (scénario) et Audrey Lainé (dessin),  éditions Delcourt (2019), 15,50€.

Deux livres pour les 730 jours de lecture de notre petite perruche Malicia : 

dav

Et bien figurez vous que pour le premier c’est une évidence mais que, pour vous sélectionner le deuxième, j’ai eu un peu plus de mal. Beaucoup de livres lus, beaucoup de choses très chouettes, quelques déceptions, comment choisir parmi tout ça ! Réfléchis oiseau de malheur !! Ah mais oui, le voilà le numéro 2, comment ai-je pu oublier cette découverte ! Je vous invite à lire les quelques lignes suivantes pour découvrir ces deux coups de cœur.

51aey0zrrcl-_sx195_-1

Le numéro un de mon cœur est sans surprise pour mes copines bestioles préférées Le roman de Boddah (« elle nous empapaoute avec son livre la pintade » diront-elles, mais que voulez vous je l’aime d’amour et de Curly ! ). Certains livres marquent nos vies et celui-ci en fait partie en ce qui me concerne. On connait tous plus ou moins l’histoire de Kurt Cobain et surtout comment elle se termine. On se doute de comment se clôture ce roman et plus la fin approche, plus une espèce d’angoisse monte. L’envie de sauver ce petit être devient irrésistible. Une fois le livre clos ne prévoyez rien de votre journée. Seulement deux livres dans ma jeune vie m’ont fait cet effet là : Helmet Boy de Marc Maggiori, malheureusement plus commercialisé à l’heure qu’il est et Le roman de Boddah !

Le roman de BoddahHéloïse Guay de Bellissen, Pocket (2016), 256 pages, 6.95€.

Le roman de BoddahOtero, Glénat (2015), 150 pages, 22.00€.

Mon second livre coup de cœur est Kill the indian in the child écrit par Elise Kill-the-indian-in-the-childFontenaille. Un petit livre bouleversant en ce qui me concerne car ignorant les sévisses subis par les indiens il y a quelques années (la dernière école a fermée en 1996). Tiré de faits réels, ce court livre nous fait vivre l’enfer qu’ont vécus les jeunes indiens résidant au Canada. Plus de 150 000 enfants ont vécu des traumatismes encore très présents dans leurs mémoires, certains y ont même perdu la vie. Bouleversant, poignant, l’histoire du jeune Mukwa nous prend aux tripes.

Kill the Indian in the Child,Elise Fontenaille, Édition Oskar (2017), 92 pages, 9.95€.

Deux livres pour les 730 nuits de lecture de notre chouette libraire Géraldine :

wfghjk

Okay everybody. Deux livres. Je viens de passer vingt minutes devant ma bibliothèque à y réfléchir longuement. Ce fut difficile mais le choix est fait.

Sans titre 1Mon premier livre est donc Amour monstre de Katherine Dunn, ressorti il y a deux ans chez Gallmeister, ma maison d’édition chouchoute. On suit la famille Bineski, dont les parents, Al et Lil ont pris des amphétamines et des cures de radiations pendant les grossesses de Lil pour créer des freaks pour leur cirque itinérant. Arturo et ses nageoires, Oly, naine bossue et albinos, les jumelles siamoises Iphy et Elly et surtout, Chick, qui lui est tout à fait normal. On se prend d’affection pour cette famille un peu dissonante mais toujours pleine d’Amour les uns pour les autres.

Amour monstre, Katherine Dunn, Gallmeister, 472 pages, 24,80€. Existe également en poche, collection Totam, 494 pages, 11,80€.

61czlLlBE6L._SX210_Mon second livre est d’un tout autre genre. Il y a trois ans, j’ai découvert H. P. Lovecraft. Cette année, j’ai lu Montagnes de la folie qui fut une claque. A la fin des années 1920, lors d’une expédition en Antarctique, une des deux équipe disparaît dans des circonstances terrifiantes. La seconde équipe décide alors de partir à la recherche des responsables. Ce qu’il vont trouver les changera pour toujours. H. P. Lovecraft sans jamais montrer directement les choses a écrit un roman qui fait froid dans le dos et ne laisse personne indifférent. Cette nouvelle traduction de François Bon, complète, m’a donné des frissons du début à la fin.

Montagnes de la folie, H. P. Lovecraft, Points (2016), 214 pages, 6,90€.

Deux livres pour les 17520 heures de lecture de Racoon Pam-Pam :

14439015_788473047922961_175125701_o

Choisir juste deux livres que c’est difficile. Après avoir beaucoup réfléchie je vous laisse découvrir les deux petits chanceux.

The Hate U Give

The-Hate-U-giveCette récente lecture restera une vraie découverte.
Nous suivons Starr, une ado afro-américaine dans son quotidien. Alors qu’elle est en voiture avec son ami Khalil, ils vont se faire contrôler pour un phare cassé. Malheureusement, ce contrôle va tourner au cauchemar. Il bouleversera sa vie. Starr est le seul témoin de ce drame.
Que doit-elle faire ? Comment réagir ?

Ce livre criant de vérité et d’actualité est à mettre dans toutes les mains.

The Hate U GiveAngie Thomas, Nathan, 2018, 496p, 17.95€

La tresse

9782246813880,0-4140499Lecture un peu plus ancienne mais toujours dans mes coups de cœurs.

Dans ce roman, nous suivons le destin de trois femmes sur trois continents : l’Inde, l’Italie et le Canada. Ces trois femmes ne se connaissent pas mais leur destin est lié.

  • En Inde Smita est une « intouchable » et rêve d’une autre vie pour sa fille.
  • En Italie, Giulia tente de sauver l’entreprise familiale tout en vivant sa propre vie.
  • Au Canada, Sarah qui est la réussite incarnée doit faire face à une situation inattendue.

Ce roman à trois voix se lit de manière fluide. J’ai adoré découvrir l’histoire de ces trois femmes vaillantes, fortes et courageuses. J’ai particulièrement été touchée par Smita et son statut « d’intouchable ».

La tresseLaetitia Colombani, Grasset (2017), 221 pages. 18€

Il y a, dans ces lectures, des livres dont nous avons plus longuement parlé ici et là. Il y a des livres qui depuis ont été primés, d’autres qui ont fait l’objets de films ou de bande dessinée.  Pour sur, nous ne manquerons pas de vous faire découvrir de nouvelles perles pour les deux ans à venir ! Merci de nous suivre !

La Ménagerie Du Livre

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s